Comment peut-on garantir la qualité du processus d’évaluation?

Il est important de concevoir et de mettre en place des pratiques d’évaluation qui reflètent les résultats d’apprentissage visés et qui sont justes, valides, fiables, dénuées de préjugés et centrées sur l’amélioration de l’apprentissage de l’élève. L’utilisation régulière et continue d’une variété de stratégies d’évaluation informelles et formelles en fonction des résultats d’apprentissage est à privilégier. Il est nécessaire de communiquer à l’élève les résultats d’apprentissage visés et les critères d’évaluation ciblés ainsi que de mettre en place des pratiques d’évaluation qui font partie intégrante des activités quotidiennes.

À l’intérieur de ce processus, il existe une interaction interdépendante et cyclique entre les programmes d’études, l’apprentissage, l’enseignement et l’évaluation, le tout étant centré sur l’élève. Afin d’avoir une représentation valide et précise du rendement des élèves, les preuves d’apprentissage doivent comprendre plusieurs attestations concrètes provenant d’observations du processus d’apprentissage, des productions des élèves et de conversations avec eux (triangulation des preuves d’apprentissage).

La planification du processus enseignement-apprentissage-évaluation

La planification est un élément crucial qui permet d’assurer un alignement logique, progressif et cohérent du trio indissociable enseignement-apprentissage-évaluation. En fait, bien planifier d’avance permet :

  • de connaître la matière et le contexte d’enseignement;
  • de prévoir les résultats d’apprentissage, les activités et les tâches d’apprentissage, ainsi que les tâches évaluatives présentées aux élèves;
  • d’organiser la séquence des activités et tâches d’apprentissage, ainsi que les tâches évaluatives, afin d’assurer cohérence et congruence avec les résultats d’apprentissage poursuivis.

En plus d’assurer un processus d’enseignement-apprentissage-évaluation cohérent et congruent, l’investissement consacré à la planification permet d’économiser du temps durant la phase de réalisation des apprentissages et de mettre en œuvre rapidement les interventions nécessaires pour répondre aux besoins spécifiques des élèves.  

Afin d’implanter efficacement des pratiques permettant l’atteinte de résultats d’apprentissage, il importe de faire la distinction entre l’apprentissage visé et l’activité d’apprentissage à réaliser, car il peut devenir facile de suivre un manuel de classe qui suggère des activités. Une fois les activités terminées, on a le sentiment du devoir accompli et peut-être la fausse impression que les résultats d’apprentissage ont été atteints. Sans planification adéquate, il est presque impossible d’évaluer les apprentissages de nos élèves avec justesse. La planification de l’évaluation doit être faite de façon conjointe avec la planification du processus enseignement-apprentissage et elle constitue ainsi le point de départ de toute démarche évaluative.

La qualité des tâches évaluatives

Au-delà de la planification et de l’évaluation des apprentissages, la qualité des tâches évaluatives comme telle a été basée sur des concepts provenant du monde de la psychologie. Les concepts de validité et de fidélité sont encore de mise lorsque l’enseignant construit une tâche évaluative. La validité représente la capacité d’une tâche évaluative à bien mesurer ce qu’elle doit mesurer (p.ex. « Est-ce que mon examen reflète bien la matière prescrite? »). La fidélité représente la capacité d’une tâche évaluative à mesurer une performance avec le plus de consistance possible chaque fois qu’elle est administrée (p.ex. « Est-ce que les questions de mon examen sont posées de façon claire et compréhensible, minimisant ainsi l’interprétation? »). En plus d’assurer que les tâches évaluatives soient fidèles et valides, l’enseignant doit assurer que l’évaluation des apprentissages des élèves soit juste. Le concept de justesse des résultats englobe toutes les étapes de la démarche d’évaluation et la situe par rapport au contexte d’apprentissage. Ce concept souligne la nécessité de décrire les capacités de l’apprenant tout en se préoccupant de cohérence entre les expériences d’apprentissage vécues en salle de classe et les situations d’évaluation proposées. Le concept de justesse permet de situer l’élève dans son développement, de reconnaître ses forces et ses faiblesses et de décider du meilleur moyen de poursuivre son cheminement vers l’acquisition des compétences visées.

Pour qu’il y ait justesse dans l’évaluation des apprentissages, les valeurs suivantes doivent être respectées.

a. La pertinence de la tâche d’évaluation par rapport aux habiletés visées

  • Une tâche pertinente permet de faire émerger les comportements révélant l’état des apprentissages ciblés.
  • Des résultats d’évaluation pertinents proviennent d’une tâche signifiante pour l’évalué et compatible avec ses sujets d’intérêt, définie clairement et dans un langage compréhensible pour lui.
  • Une tâche pertinente permet de préciser les habiletés impliquées dans la tâche assignée et établir les indices qui révéleront leur manifestation.

b. La cohérence de la tâche d’évaluation avec l’activité pédagogique

  • L’activité d’évaluation doit s’insérer convenablement dans l’activité pédagogique et arriver au moment opportun, c’est-à-dire une fois que l’élève a eu suffisamment d’occasions de développer les apprentissages en question.
  • Les élèves doivent être familiers avec le genre de situation d’évaluation proposée.
  • L’activité d’évaluation sert à l’apprentissage et à la reconnaissance des acquis.
  • Une situation d’évaluation cohérente avec l’activité pédagogique prévoit que l’élève soit en mesure de se reprendre dans le but de progresser.

c. La transparence de l’activité évaluative

  • Se manifeste par la participation, la discussion et l’appropriation par l’élève des divers aspects de l’évaluation de ses apprentissages, dans le but de s’assurer qu’il sait ce qui est attendu de lui et quelle utilisation sera faite des résultats.
  • Prévois l’implication de l’élève dans le processus d’évaluation. Selon le niveau de maturité, l’élève peut aider à établir les critères d’évaluation et les expérimenter (auto-évaluation et évaluation par les pairs). 
  • Contribue à développer une meilleure communication enseignant-élève; réduis la méfiance et l’anxiété.

d. L’équité de l’activité évaluative

  • Certaines stratégies d’évaluation peuvent être plus favorables à certains élèves qu’à d’autres, selon leurs caractéristiques personnelles. Il est alors important d’avoir une variété de méthodes d’évaluation afin de respecter les différentes caractéristiques personnelles des élèves.
  • Du point de vue de l’enseignant, il peut y avoir des préférences personnelles qui affectent l’objectivité de son jugement.
  • Autres facteurs pouvant jouer sur la justesse des résultats p.ex. la fatigue et l’anxiété.

Le concept de justesse des résultats se base sur la nécessité d’arriver à des jugements fondés qui permettent de prendre des décisions éclairées. Ce concept souligne aussi la nécessité de décrire les forces et les faiblesses des élèves, tout en respectant la cohérence entre les expériences d’apprentissage vécues en salle de classe et les situations d’évaluation proposées. En respectant les quatre valeurs décrites ci-haut, les enseignants assurent que l’évaluation reflète bien les acquis de leurs élèves en donnant un portrait juste de ces derniers face aux résultats d’apprentissage poursuivis.

Documents d’appui

Prochaine section : Comment peut-on exploiter les données en provenance d’une évaluation?

Back